L’association Amis du Toukoul fait partie d’un collectif chargé de gèrer l’après orphelinat du Toukoul en Ethiopie. Le Toukoul, se situait à Addis Abeba, et recueillait les enfants orphelins ou abandonnés qui lui étaient confiés par les autorités éthiopiennes. Ces enfants étaient alors adoptés par l’intermédiaire des Organismes Autorisés d’Adoption qui trouvaient une famille à ces enfants. A la fermeture de l’adoption internationale par les autorités éthiopiennes, l’orphelinat a fermé et l’accueil des enfants a été interrompu. Il subsiste aujourd’hui un orphelinat à Burayu qui prend en charge les enfants qui n’ont pas été adoptés, nous les prenons en charge jusqu’à ce qu’ils trouvent un travail.Nous avons parfois sur notre site des demandes légitimes de jeunes adultes adoptés en recherche de leurs origines. Nous comprenons les difficultés de ces recherches et c’est pour cela que nous précisons ci-dessous la démarche qui peut être entreprise en France et en Éthiopie. Le cheminement logique est de consulter ce qu’il y a dans votre dossier en France puis de poursuivre en Éthiopie si ce que vous y avez trouvé laisse à penser que vous avez de la famille élargie là-bas. Le mieux sera alors de vous rendre sur place après avoir préparé votre voyage correctement et avoir questionné les autorités éthiopiennes sur les chances de succès dont vous disposez.


Si vous êtes en recherche de vos origines, vous pouvez suivre cette démarche afin d’avancer dans vos recherches. Le plus simple est de demander en premier lieu à vos parents, aux autorités françaises ou aux autorités éthiopiennes. Nous donnons ci-dessous quelques infos :

  1. Vos parents adoptifs détiennent ou ont détenu votre dossier avec les éléments concernant votre adoption tels qu’ils ont été donnés par les autorités éthiopiennes en date de votre adoption. Souvent les jeunes qui s’adressent à nous n’ont pas informé leurs parents adoptifs de leurs démarches et n’ont donc pas eu accès « en famille » aux éléments connus à l’adoption. Ces démarches peuvent inquiéter vos parents mais ils les comprendront certainement, c’est mieux d’être accompagné.
  2. Les Organismes Autorisés d’Adoption (OAA) qui ont accompagné votre adoption ont arrêté l’adoption en Éthiopie en 2018. En effet, l’Éthiopie a cessé à cette date toute adoption à l’international. Depuis, Les OAA ont pour la plupart cessé leur activité d’intermédiaire d’adoption et ont remis les dossiers d’adoption aux conseils départementaux dont ils dépendaient. Les dossiers sont maintenant aux archives départementales.
    Vous pourrez consulter votre dossier d’adoption en vous adressant au Conseil Départemental où habitai(en)t vos/votre parent(s) lors de votre arrivée en France.
    Par exemple, pour le département du Nord, il faut s’adresser au :
    Service Adoption et Droits de l’enfant,
    51 rue Gustave-Delory
    59047 Lille Cedex
    tél. : 03 59 73 81 42
  3. Afin de savoir où est conservé votre dossier, vous pouvez aussi contacter la Mission de l’Adoption Internationale (M.A.I) courrier.fae-mai@diplomatie.gouv.fr et consulter son site : www.diplomatie.gouv (rubrique adoption internationale).
  4. En Éthiopie, les autorités éthiopiennes préconisent de leur écrire (en anglais).
    Il faut vous adresser au MOWCY (Ministry of Women Children and Youth) :
  5. Direction pour la protection de l’enfance, au ministère des Femmes et de l’Enfance, en charge des procédures d’adoption (hors adoptions intrafamiliales pour lesquelles la saisine directe des tribunaux éthiopiens est autorisée). Tél : +251 115-52-81-72 – https://www.facebook.com/EthiopiaMoWCY/ ou http://www.mowcya.gov.et/
  6. Bureau de l’inspection et du soutien aux enfants, au ministère des Femmes et de l’Enfance, compétent pour la recherche des origines en Éthiopie. Contact : M. Belete DAGNE, directeur du Bureau de l’inspection et du soutien aux enfants : beletedagn21@gmail.com

 

Pour vous aider dans vos démarches, vous pouvez contacter :

Les associations de personnes adoptées ainsi que le Service Social International www.iss-ssi.org .

Nous vous souhaitons bonne chance et succès dans vos démarches, attention aux marchands de bonnes nouvelles, il y a beaucoup de personnes qui vendent de fausses informations, qui cherchent une aide financière par ce biais. Les réseaux sociaux leur facilitent grandement la tâche, restez vigilants et recoupez plusieurs fois toutes les informations. La barrière de la langue ne facilite pas les choses.