01 Déc

Chala Toukoul, l’histoire d’un passionné de Foot

Chala

Chala Toukoul a été trouvé à Awassa quand il avait 2 ans. Il est resté là bas pendant quelques temps, dans une famille d’accueil, chez Godama Tulu, puis il a été placé au centre d’accueil d’Awassa. Il a ensuite été transféré à l’orphelinat du Toukoul puis à celui de Burayou.

Chala a 9 ans et est en grade 3, à l’école Khale School, à 1,5 km de Burayou. Il s’y rend en bus tous les matins avec ses camarades de l’orphelinat. Il est en grade 3, ce qui signifie qu’il a un peu de retard sur le plan scolaire, mais il est excellent à l’école. Il aime l’anglais mais n’aime pas l’amharique. Il veut devenir footballeur. Il passe beaucoup de temps à s’entrainer. Il supporte l’équipe de Chelsea, et l’équipe éthiopienne de Gorgi. Il est fan de Didier Drogba. Il aime également dessiner, et les cours de cirque. C’est un enfant très sociable. Il est séropostif, en pré-anti-rétroviral, ce qui signifie que son taux de CD4 ne lui permet pas encore de prendre la trithérapie. Il la prendra certainement très bientôt.

 

04 Nov

Hyruy Tekeste Du Toukoul à l’ingénierie civile !

hiruyOrphelin, Hiruy Tekeste est arrivé à l’orphelinat du Toukoul à l’âge de deux ans, il a ensuite rejoint Burayu à l’âge de 13 ans puis a été placé à 15 ans dans une famille d’accueil de la communauté de Burayu. C’est maintenant un jeune homme de 23 ans, gentil et souriant. Doué pour les études, il vient d’être diplômé en quatre ans d’une école d’ingénieur civil (spécialité calcul des structures en béton et des fondations). En Ethiopie l’université est gratuite pour tous ceux qui passent avec succès les examens d’entrée très difficiles. Les jeunes sont souvent envoyés très loin de chez eux car il y a des universités dans toutes les grandes villes aussi loin soient elles d’Addis Abeba. Hiruy est lui allé à Axum dans le nord de l’Ethiopie. La gratuité des études est un leurre, car il faut payer pour la nourriture, pour les photocopies, etc… Avec son diplôme en poche, il est maintenant à la recherche d’un emploi et a de fortes chances de trouver rapidement car il y a de nombreux chantiers dans Addis comme le tramway par exemple. Même lorsqu’il aura quitté le giron de SOSEE, nous sommes surs qu’il continuera de jouer son rôle de grand frère pour les plus jeunes. Souvent médiateur entre les jeunes et le management du VTPC , il est aussi un exemple de réussite scolaire. Nous sommes bien sur fiers de lui et aussi satisfaits que nos structures permettent cette réussite.

04 Jan

Pour en savoir plus sur le système scolaire Ethiopien

scolaire
La scolarité est gratuite et revêt pour tous les éthiopiens une importance capitale, l’éducation est un souci de tous les jours et beaucoup d’adultes vont au cours du soir, même quand ils ont un bon travail. Le diplôme est un facteur d’ascension sociale. La scolarise débute à 6-7 ans au grade 1. Pour entrer en classe les enfants doivent connaître au préalable les 84 signes de l’alphabet éthiopien. La langue officielle d’enseignement est l’amharique.  Selon les régions, ils existent des écoles dispensant un enseignement dans la langue locale (par exemples: tigréen dans le Nord du pays, Harare dans la région musulmane de Harar.

Ecole primaire:

L’école primaire se décompose en deux grades :
  • Grade 1 a 4 (équivalent CP-CM1): Dans l’école visitée, les enfants sont à peu près 50 a 60 par classe pour deux instituteurs qui se partagent l’enseignement des matières.
  • Grade 5 à 8 (équivalent CM2- 4e): Les matières sont enseignées par des professeurs selon leur spécialisation: Amharique, Math, Anglais, Géographie, Histoire, Education civique, Physique Chimie, Biologie et Sport. L’école a mis en place une évaluation annuelle de ces 4 années, l’élève doit obtenir la moyenne pour le passage au grade supérieur (40%  en contrôle continu et 60% pour l’examen fin d année).
  • Le grade 8 est sanctionné par un examen national permettant l’accès à l’école secondaire