Meskerem a 11 ou 12 et elle meskerem est originaire d’Harar, une grande ville à l’est de l’Ethiopie. Sa mère, Mulu Kebede, vit là-bas. Elle n’a pas assez d’argent pour s’occuper de Meskerem. Elle appelle parfois pour prendre de ses nouvelles. Son père est parti. Meskerem dit qu’elle a des frères et sœurs mais son dossier ne les mentionne pas.

Meskerem arrive au centre d’Harar à 4 ans, puis elle est transférée à l’orphelinat de Burayou. L’état de santé de Meskerem s’est nettement amélioré depuis l’année dernière. Elle prend un traitement contre l’épilepsie et n’a plus aucune crise, ni aucun évanouissement. Son médecin pense qu’elle faisait des crises, dûs à des souvenirs de l’époque où elle vivait avec sa mère. Comme Elle va mieux, Meskerem a pu reprendre l’école, à la Wisdom Sider School, tout près de l’orphelinat. C’est une école privée, où les enfants sont peu nombreux dans les classes ce qui permet une meilleure prise en charge de leurs difficultés. Elle est très sociable et joue beaucoup à la corde à sauter.